Archivo para agosto, 2011

Hier •••

j’ai perdu mon unicorne bleu •••
 

 MarySol

Melodía, Silvio Rodriguez > Mi unicornio azul

¿Cambio?

Que pobre que sos, te emociona conocerle, te mata la curiosidad de saber cómo es, más no reparás en la idea de saber quién es.
Que pobre que sos, olvidás los viejos olores, los viejos sabores y colores para intentar descubrir un abanico de incertidumbre, quizás irreal, superficial, simulado.
Que pobre que sos, te alejás de las dulces sonrisas, las sinceras y añejas lágrimas por alegrías falsas y risas irónicas.
Que pobre que sos al dejar los brazos de quien con amor te mira, por unas manos que apenas te cobijan.
Que pobre que sos, desperdicias tu tiempo adivinando pensamientos ajenos, cuando ya no reconocés quien comparte su mente llenándola con tus logros, no tan logros y fracasos.
Que pobre que sos al buscar la mejor retorica para darte a entender, cuando vos sabés que en la sencillez de las letras está la magia del mensaje.
Que pobre que sos al querer vivir un mundo inexistente, inseguro, utópico, cuando en tus manos está hacer tus sueños realidad.
Que pobre que sos al mirar sin poder ver, al pensar sin hacer, al vivir y sin saber por qué.
Que pobre aparentás al querer y no saber cómo pedir perdón,  más no sabés que ya has sido perdonado y que el siguiente paso es perdonarte a vos mismo.
Que pobre que te ves, ya no bajo la buena sombra, aquí cerca, sino allá a lo lejos, bajo una oscura y  desconocida luz.
Que pobre parecés al leer y no saber que estas líneas te pertenecen. Sí, a vos son referidas, a vos quien oye y no escucha, a quien se le explica y no comprende.
Que pobre pareces sentirte lleno de riquezas y carente de todo.
 

 MarySol

 
 
 
 

Ainsi va…

Tout le monde demande, «Ça va ?» «Quoi de neuf » «Ça boum(e) ? » « Ça gaze ?» «Ça mousse ? » «Ça roule ? » Et on repond  « Oui, et toi ? » « Oui, merci … »

Mais en réalité est-ce une bonne période en ce moment ?  Elle essaie de penser que oui.

Mais, sincèrement, est-elle complètement paumée ?

Entre les prises de tête avec ceux qui la cherchent et son envie de rester au lit de temps en temps,  elle enchaine les journées routine, boulot-maison.

Elle se sent bien, tout va bien, elle a envie d’aller bien de se retrouver bien, de se voir bien et pourtant elle est repartie à l’hôpital. Elle, comme toujours, ne voulait pas y aller  … comme dans tous ces endroits «  mauvaise attention » ou presque, m’enfin elle touche un salaire qui lui permet de payer un hôpital moins pire.

C’est  une fille joyeuse, pleine d’énergie, dynamique, marrante, alors pourquoi tant de problèmes de santé, depuis sa naissance… Cette fois-là, le médecin a dit « crise de nerfs ».

« Êtes-vous angoissée madame ? Avez-vous des problèmes ? Vous êtes  stressée ? Vous dormez bien ? Mangez-vous bien ? »  a demandé le médecin, elle a répondu que tout allait bien, elle a été sincère.

Mais pourquoi tant de sentiments la bousculent-ils donc ? Ce serait ce côté sombre qui revient ?

Elle se sent bien pourtant sa tête voyage mais son corps combat…

Et maintenant que va-t-elle-faire de toutes ces sensations, symptômes, réactions ?

Mais tout a une fin, tout a une fin, tout.

MarySol

‘Toute destinée est une suite d’accidents à retardement avec le coup de grâce au bout”

Melodía , Cali>> Tout Va Bien.

09 août

Lui : (Toc toc toc…) «Bonjour madame… euh … ou mademoiselle ? 
      (Dit-il, touchant son drôle de chapeau et s'accompagnant
 d'un geste style « Je  peux entrer ? »)

 Moi : Bonjour monsieur, entrez, vous voulez quelque ch… ?

 Lui : Oui. Je cherche la médiathèque. 
       (Il s’approche doucement, timidement.
 Impossible de ne pas remarquer ses blancs et propres pieds
 qui tranchaient  avec le cuir marron des sandales).

 Moi : Elle est juste en face d'ici. 
      (Dis-je, en pensant qu’il avait de beaux pieds.
 Très beaux même !)

 Lui : Ah ! Merci. Au fait, je suis nouveau ici.
       Je viens de m’inscrire au niveau 11.

 Moi : Ah OK ! Vous savez où se trouve la salle ?
      (Je lui   demande en faisant ma gentille).

 Lui : Non, même pas le nom du professeur».

 Moi : Ce n’est pas moi. (lui dis-je en souriant).
       Niveau 11, salle L.

 Lui : Merci beaucoup.
       Mais je dois tout de même passer à la médiathèque avant.

 Moi : De rien (Dis-je doucement en pensant qu’il était drôle, 
 comme déconnecté du monde… ailleurs).

 Lui : Encore merci et au revoir madame… ou mademoiselle. 
       (Il sourit, touche son chapeau et quitte la pièce).

 Moi : Au revoir jeune homme. (Et je regarde ses pieds, 
 défilant doucement, pas à pas, dans le couloir…)

MarySol

Chaque jour        
       
Chaque jour je connais mes limites
 
Chaque jour mes limites je connais
 
Chaque jour autrement je connais mes limites…

MarySol

“Quien aspira a cualquier cosa grande debe saber limitarse; por el contrario, quien todo lo de sea, no quiere nada en realidad, y nada consigue.”

C’est parti !

Retenez cette date, désormais des choses nouvelles commencent à fleurir.

Ce n’est que le début d’un autre voyage, long ou court, il importe peu, mais je suis mon chemin…

”Mis metas seguirán siendo locas, hasta no verlas alcanzadas”. By myself ^.^

MarySol